Azteca, de Gary Jennings

Et si, pour changer, nous quittions le vieux continent pour explorer l’histoire du vieux continent ? C’est ce que propose Gary Jennings dans son roman historique Azteca.

L’histoire d’Azteca

L’histoire de la conquête de l’Amérique du Sud est avant tout l’histoire de quelques aventuriers attirés par les fabuleuses promesses de ce monde nouveau, que l’on dit gorgé d’or. En quelques années seulement, Hernán Cortés et ses hommes ont su nouer les bonnes alliances et ont vaincu l’une des plus grandes puissances économique et militaire de la région, l’empire Aztèque. À la demande de Charles Quint, Juan de Zumárraga, évêque de la province de la Nouvelle Espagne, se renseigne sur le passé de cette ancien empire, maintenant propriété de la couronne d’Espagne. Il interroge Mixtli, un Aztèque âgé, qui lui déroule le long récit de sa vie. Son existence se confond avec le crépuscule de son peuple : né dans une petite ville située à proximité de la capitale, Tenochtitlan, issu d’une famille modeste, Mixtli nous raconte sa fulgurante progression dans la société Aztèque alors au faîte de sa gloire, et l’effondrement brutal d’un régime que certains pensaient invincible.

Il peint aussi les us et les coutumes de ses compatriotes, et s’attarde sur la guerre d’une forme nouvelle livrée par les Conquistadors aux armées de son peuple.

Commandez Azteca chez notre partenaire Amazon

Pourquoi faut-il lire Azteca ?

La fin de l’empire aztèque, pourtant méconnue et quasiment absente des manuels d’Histoire, est une époque fascinante et troublante, et éveille chez le curieux de nombreuses questions. Comment des empires alors à l’apogée de leur puissance ont-ils pu être écrasés, d’une façon si définitive, par une poignée d’aventuriers, certes aguerris et mieux armés, mais tellement moins nombreux ? Azteca nous interroge aussi sur la responsabilité des occidentaux qui ont pillé l’or et les ressources de ses terres, tout en étouffant l’identité d’un peuple dont la culture et la religion seront combattues.