Fortune de France, Robert Merle

Fortune de France est le titre d’un roman de Robert Merle, mais aussi le nom du cycle éponyme qui compte 13 tomes. Cet article a pour vocation de présenter le cycle Fortune de France dans son ensemble.

Une saga impressionnante sur les guerres de religion

Fortune de France nous invite à redécouvrir l’histoire des guerres de religion à travers le destin d’une famille de nobliaux du Périgord qui, partis de presque rien, en arriveront à côtoyer les plus hautes sphères du pouvoir. Tout au long du roman, Pierre de Siorac, puis Pierre-Emmanuel, son fils, seront pris dans les tourments des rivalités entre catholiques et protestants. Ils devront même, pour sauver leur peau et poursuivre leur ascension sociale, se convertir, et abandonner la religion réformée pour revenir dans le giron de Rome.

Robert Merle, dans Fortune de France, replace à hauteur d’hommes de grands évènements de l’Histoire de France. Ainsi, le lecteur vit de l’intérieur la Saint-Barthélémy, en compagnie de Pierre et de ses acolytes, est témoin de l’ascension puis de la chute du duc de Guise, assiste à l’avènement d’Henri IV et à son assassinat, ou est encore invité à partager l’intimité de Louis XIII et de son cardinal, le célèbre Richelieu.

Pourquoi faut-il lire cette série ?

Fortune de France dispose, dans ses pages, de nombreux atouts pour séduire les lecteurs. Le premier, et non le moindre, est la qualité de la plume de Robert Merle. L’auteur a su trouvé un ton juste : mêlant des mots anciens à un style moderne et rythmée, il renforce ainsi le sentiment d’immersion.

Une autre indéniable qualité de Fortune de France est l’impressionnant travail de recherche de Robert Merle. C’est simple, un historien n’aurait certainement pas fait mieux ! On retrouve avec plaisir, ensuite, dans des livres d’Histoire, des anecdotes disséminées ici et là, au fil des treize tomes.

Et pour clore cet élogieux triptyque, j’ai envie de citer, comme point fort de Fortune de France, sa longueur. Cela peut sembler paradoxal, mais il est plaisant de suivre aussi longtemps des personnages. À la fin des treize tomes, on a presque l’impression d’être de leur famille.

Puisqu’il faut toujours nuancer ses propos, j’ajouterai un bémol. Pour rendre accessible l’histoire tome par tome, Robert Merle réalise de nombreux retours, qui peuvent devenir lassant au bout d’un certain moment. Mais, pour d’autres, ces rappels seront accueillis avec joie.

Les différents tomes de Fortune de France

Nous pourrions séparer la saga en deux parties, en fonction du narrateur auquel l’auteur s’identifie. Ainsi, les six premiers tomes sont relatés par Pierre de Siorac, tandis que les sept suivants seront confiés à la plume de Pierre-Emmanuel, son fils.

La saga Fortune de France, entamée en 1977, s’est brutalement interrompue à la mort de Robert Merle en 2004.