Le pianiste, de Władysław Szpilman

Le pianiste, dans l’esprit du public, est un film de Roman Polanski. Découvrez le roman qui a donné naissance au film.

L’histoire du pianiste

En septembre 1939, Varsovie subit de plein fouet les bombardements allemands. Władysław Szpilman, qui joue du piano en virtuose, offre pour la dernière émission de la radio nationale un air de Chopin. Juif, Polonais,  Władysław habite à Varsovie… Qui deviendra tristement célèbre pour le ghetto qu’elle abrite, où ses frères et soeurs de confession juive sont parqués comme des animaux. Pendant trois ans, Władysław Szpilman va s’accrocher à la vie. Les conditions, au quotidien, sont proches de l’inimaginable. La nourriture, extrêmement rare, est hors de prix, et lorsqu’il marche dans la rue, Władysław doit enjamber des cadavres. D’anciens amis, des connaissances, des anonymes morts de froid, de faim ou de maladie.

Le pianiste virtuose est bien loin, même si la musique ne l’a jamais quitté. Il se fait capturer lors d’une rafle, mais parvient, grâce à la complicité d’un policier, à échapper au train de la mort. Errant de cache en cave, transi de froid, torturé par le manque de nourriture, il survit… Mais Wilm Hosenfeld, un officier allemand mélomane, le recueille et lui sauve la vie.

Commandez Le pianiste chez notre partenaire Amazon

Pourquoi faut-il le lire ?

Roman autobiographique, le pianiste possède une charge émotionnelle très forte. Il fait écho à une période tragique de notre histoire moderne, et trouve un écho en beaucoup d’entre nous. Par les témoignages des survivants, les nombreuses archives vidéos, la Seconde Guerre Mondiale et l’horreur nazie nous sont particulièrement bien connues et réveillent en nous un certain malaise.

Dans le pianiste, Władysław nous livre une autobiographie poignante de la barbarie nazie, et de l’humanité de certains hommes qui, pris dans la barbarie d’une nation qui marchait sur la tête, ont accompli des actes de générosité dérisoires… Et pourtant essentiels.