Les dieux dévoreurs, de Viviane Moore

Les dieux dévoreurs est un roman médiéval que l’on doit à Viviane Moore, sixième tome de l’épopée des Normands de Sicile.

L’histoire des dieux dévoreurs

Sicile, an de grâce 1160… L’Etna, montagne à la fois redoutable et nourricière de l’île, gronde, et sa mauvaise humeur provoque un terrible tremblement de terre. Tandis que le Royaume de Sicile tente d’asseoir sa puissance en Méditerranée, en signant notamment un traité avec le doge de Venise, les colères de la Terre pourraient être perçues comme un funeste présage. En effet, on conspire contre le roi dans les couloirs même de son palais, à Palerme, et le chancelier du roi Guillaume 1er lui-même se sait menacer, malgré – ou plutôt à cause de – sa puissance.

Tancrède d’Anaor et Hugues de Tarse, chacun pris dans l’engrenage des intrigues et des complots, se retrouvent chacun embarqués dans l’un des deux camps antagonistes. Hugues se retrouve accusé de crime contre l’Etat. Évitera-t-il la condamnation ? Son couple saura-t-il résister aux médisances et aux crises successives ?

Pourquoi faut-il le lire ?

La qualité du cycle de l’épopée des Normands de Sicile ne décroit pas au fil des tomes, bien au contraire. Une fois de plus, Viviane Moore nous plonge au coeur du pouvoir politique du royaume de Sicile, et nous dévoile les arcanes d’un pouvoir complexe, aux chemins tortueux, déchiré par les convoitises et les jeux d’influences.

Le héros, Hugues de Tarse, ballotté par des forces dont il a du mal à saisir la portée réelle, n’en est dans son malheur que plus humain et plus proche du lecteur.

Les dieux dévoreurs est le sixième opus de l’épopée des Normands de Sicile.

Le peuple du vent
Les guerriers fauves
La nef des damnés
Le hors venu
Le sang des ombres
Les dieux dévoreurs
À l’orient du monde