Le sang des Hauteville : Les chevaliers de proie

Les chevaliers de proie est le premier tome de la saga historique Le sang des Hauteville. Ce cycle, écrit par Michel Subiela, est consacré à la conquête, par les chevaliers normands, de l’île de Sicile et d’une partie de l’Italie.

L’histoire des chevaliers de proie

De nombreux seigneurs, en Normandie, ne possédaient guère de richesses, et vivaient dans un donjon de bois, perdu dans des bois qui ne connaissaient pas la hache des défricheurs. Mais ils avaient pour eux l’ambition et le courage.

En un demi-siècle à peine, les héritiers de Tancrède ont réussi à s’emparer, par la force, de l’Italie du Sud et de toute la Sicile. Ils ont fondé au XIème siècle un royaume puissant et opulent, qui un temps a su conjuguer des cultures, des religions et des civilisations différentes, a su les faire vivre ensemble et prospérer.

Mais le royaume de Sicile est confronté à maints périls. Les Sarrazins, qui faillirent régner en maître sur l’Europe, rêvent toujours de reconquérir la rive nord de la Méditerranée. Le Saint-Empire-Romain-Germanique, présent en Italie du Nord, considère comme légitime la conquête de ses terres du sud. Les Byzantins, enfin, aspirent à restaurer la grandeur passée de Rome.

Les chevaliers normands, vaillants mais peu nombreux, sauront-ils protéger leur royaume tant attendu et si ardemment aimé de ses envahisseurs ?

Pourquoi faut-il le lire ?

Michel Subiela, avec Le sang des Hauteville : Les chevaliers de proie, raconte l’une des épopées les plus fabuleuses du Moyen-âge. Plus que la rapidité de la conquête, c’est la force de conviction qui a sur traverser l’Histoire et nous parvenir, nous donnant, un millénaire avant notre âge, une leçon d’humilité et de tolérance. Il y a, dans cette aventure sicilienne des farouches hommes du Nord, toute la poésie et l’utopie d’Arthur et ses chevaliers, en quête d’une vie meilleure et d’un monde un peu plus juste.