L’insoumise, de Martine Desèvre

L’insoumise est un roman historique de Martine Desèvre se déroulant au tout début de la Renaissance.

L’histoire de L’insoumise

insoumiseFrance, début de la Renaissance, sous le règne de François Premier. Raphaëlle Aslet, orpheline, a vécu une enfance douloureuse. Spoliée de ses biens, elle est néanmoins recueillie et initiée, dès son jeune âge, à l’orfèvrerie. Douée, elle est reconnue pour son talent et sa capacité à produire des bijoux originaux, d’une grande finesse. Elle décide de quitter la province à dix-huit ans pour s’installer à Paris, où elle compte bien réussir à se faire une place au soleil grâce à son art.

Mais, femme parmi les hommes, elle peine à s’imposer et trouver sa place dans une corporation profondément misogyne.  Elle tombe de plus éperdument amoureuse de Guillaume de Valras, un noble hélas déjà marié. Entre rivalités et inimitiés fondées sur une vision archaïque de la femme, jalousie d’une épouse trompée, Raphaëlle Aslet aura bien du mal à trouver sa place et s’imposer.

Pourquoi faut-il le lire ?

Avec L’insoumise, Martine Desèvre nous propose un roman historique tout ce qu’il y a de plus classique. L’orpheline victime d’une injustice, qui parvient par son mérite à restaurer son rang et obtenir une certaine forme de justice, des révélations fracassantes sur son passé et, par dessus cela, une belle histoire d’amour compromise…

Et pourtant… Malgré ces poncifs, le récit de Martine Desèvre se révèle plutôt prenant et le lecteur se retrouve assez facilement happé par l’intrigue et l’atmosphère scintillante d’une Renaissance qui brille des feux de sa jeunesse. Un livre à lire, qui séduira peut-être plus les lectrices que les lecteurs…