Eric-Emmanuel Schmitt

Eric-Emmanuel Schmidt est un romancier français contemporain, qui a écrit plusieurs oeuvres relevant du roman historique.

Biographie d’Eric-Emmanuel Schmitt

Né en 1960, dans le village de Sainte-Foy-lès-Lyon en France, Eric-Emmanuel Schmitt est le fils d’un kinésithérapeute. Rien, à l’origine, ne le prédisposait au métier des lettres. Mais Eric-Emmanuel, adolescent rebelle, trouve dans la philosophie  et ses grandes idées un équilibre nouveau, et une passion naissante. Il s’oriente ainsi en Khâgne, puis intègre l’Ecole Normale Supérieure, qu’il ne quittera qu’avec son agrégation de philosophie en poche.

Il enseigne cette matière durant plusieurs années, avant de franchir le cap de l’écriture au début des années 1990. Il commence par la rédaction de pièces de théâtre, comme La Nuit de Valognes, qui est jouée à Nantes pour la première fois et rencontre un franc succès. Avec Le visiteur, Eric-Emmanuel Schmitt gagne même trois prix lors de la prestigieuse Nuit des Molières.

Il faut attendre le début des années 2000 pour qu’Eric-Emmanuel Schmitt s’intéresse aux romans et aux nouvelles. Dans plusieurs de ces oeuvres il s’amuse à revisiter l’Histoire, quelquefois avec facétie, parfois avec gravité.

Ses romans historiques

Quand on considère l’oeuvre d’Eric-Emmanuel Schmitt, il est parfois difficile de parler de roman historique à proprement parler. Mais plusieurs de ses livres touchent à des périodes historiques qui sont un peu bousculés par la plume et la vision de l’auteur.

L’Évangile selon Pilate est une version modernisée et revisitée de la mort du Christ. Menée comme une enquête policière, l’intrigue tente de comprendre les raisons pouvant conduire à la disparition du corps. Un livre toujours léger dans sa forme, mais qui s’inscrit dans une profondeur littéraire et philosophique que le lecteur ne manquera pas de soupçonner, à défaut d’aborder.

La part de l’autre est un véritable chef d’oeuvre. Mi roman historique, mi uchronie, il s’interroge sur la portée de certains évènements et la place du hasard, de l’insignifiant, dans l’Histoire du monde.